Skip to content

Le difficile renoncement à la gouverne

Le difficile renoncement à la gouvernance, par Michel Blondin

Pour la direction du Parti pour l’Indépendance du Québec, prendre parti afin de donner l’aval à une équipe de sport qui représenterait le Québec au niveau international, ce qui est refusé par Ottawa depuis des années, et ce, malgré les compétences du Québec en droit international, est une bataille à coup sûr presque perdue d’avance.

Tant que nous serons absent du pouvoir, doit-on prendre position sur des questions en dehors de la nécessaire rupture constitutionnelle, ou serait-ce, en voulant s’entendre, faire la preuve que le régime fédéral est avantageux pour le Québec?

Tant que la minorité de Québécois français ne prend pas conscience que la démocratie joue en faveur du Canada anglais majoritaire, elle se tire dans le pied. En conséquence, améliorer ce régime trahit ses espoirs, corrompt les esprits et rend coupable de complicité tous ces fossoyeurs sous le couvert de la démocratie canadienne.

Doit-on avoir une équipe internationale avant d’être un pays? Poser la question c’est y répondre. Mais la vraie question : qui paie la note?

Doit-on quémander à Ottawa pour obtenir une équipe qui représente le Québec aux tournois internationaux? Avec 23% du budget de Patrimoine canadien qui revient au Québec, ce n’est pas quémander, c’est réclamer ce qui nous revient de droit. Dans le cas contraire, d’ici là, le Parti pour l’Indépendance du Québec a le devoir de dénoncer ce refus d’Ottawa et proposer la rupture constitutionnelle.

Quant au gouvernement du Québec, a-t-il le pouvoir de proposer qu’il soit, en matière de loisir et de sport, en droit plein de se représenter au niveau international? La doctrine Gérin-Lajoie est affirmative sur ce sujet et tout gouvernement canadien vandalise ses droits discrètement.

Dans la perspective où le parti prend le pouvoir, la DUI induit la compétence de traiter de facto des questions internationales. Bâtir des équipes qui représenteront le Québec est conséquent et essentiel puisque cela amène une assurance légitime à faire connaître le pays.

31 décembre 2019